Office de Tourisme Vivonne

Les églises, les châteaux, le couvent, la prieurale, le vieux pigeonnier et les ruelles médiévales font de Vivonne une ville au passé riche et dotée d’un patrimoine local étonnant.

Un peu d’histoire….

Cette commune riche, au passé historique, apparaît pour le visiteur comme une cité riante, profitant d’un site particulier : son bourg s’est développé à partir d’un éperon rocheux, déterminé par les rivières du Palais et de la Vonne, à leur confluence avec le Clain.

L’homme est venu s’installer très tôt dans la région de Vivonne, dès le paléolithique. L’occupation s’intensifie au néolithique et durant la protohistoire (habitat fortifié du camp d’Alaric par exemple). A l’époque gallo-romaine de nombreuses villas témoignent d’une diversification de l’habitat (villas du Reclou, de Chassay, etc …). C’est à cette période que se crée le toponyme de Vivonne : c’était alors le VICUS VEDONENSIS, le village des habitants de la Vonne.

Celui-ci a dû se développer à proximité d’un passage à gué de la Vonne, par la voie romaine Poitiers-Saintes.La découverte de sarcophages lors de travaux montre qu’au temps des Mérovingiens il était relativement important.

Le Moyen Age structure alors le bourg : la vie locale s’organise autour de deux pôles, symboles des deux puissances encadrant la vie du peuple.

Le château qui s’élevait probablement dès le XIème siècle sur l’éperon et l’église Saint-Georges à l’extrémité Est de ce dernier. Deux autres églises complètent cet ensemble : l’église de Sais à l’Ouest et l’église Saint-Michel qui fait office de chapelle seigneuriale. A leurs pieds, le long d’un réseau de rues et de ruelles se développe le commerce, l’artisanat : les métiers sont organisés comme celui des bouchers ; les forgerons ont aussi leur quartier.

A proximité de l’église se dressaient les Halles. Deux autres édifices religieux ont vu le jour, le Couvent des Carmes (actuelles mairie et poste et ancienne école primaire) et l’Aumônerie de l’Arceau.

Sous l’Ancien Régime, le bourg se développe en direction du Nord, au-delà du Palais. L’emprise seigneuriale se fait toujours sentir par l’intermédiaire entre autres, des banalités (moulin, four). La seigneurie châtellenie de Vivonne est restée longtemps aux mains des Rochechouart Mortemart.
La Révolution voit la communauté des habitants de Vivonne et de ses villages prendre corps.

Au milieu du XIXème siècle, elle connaît un profond changement avec l’arrivée du chemin de fer. Ses foires se développent fortement. VIVONNE garde son caractère de gros bourg/marché jusqu’à la deuxième Guerre mondiale (fin des années 50), mais déjà le tourisme s’était implanté avec la création de la plage en 1936.

Depuis, Vivonne a continué son développement, profitant de la proximité de Poitiers et de la RN 10 pour devenir une commune de plus de 4000 habitants, accueillante, ouverte, forte de son cadre et de ses associations.

Avec la complicité et l’aimable autorisation de J.P. Chabanne

Le Parc de Vounant